Il n'y a aucun copyright sur ce site. Nous vous prions donc de ne pas modifier les textes qui sont libres de droits et de ne pas recopier ce site. textes et dessins peuvent être utilisés librement, à condition que ce ne soit pas à des fins commerciales.
Je suis née le 6 novembre 1960 à Toulouse, vers minuit. J'ai quitté assez tôt mes parents et le lycée, et additionné les petits boulots et la vache enragée pendant quelques années. Puis, avec mon compagnon de l'époque, nous avons passé le bac en candidats libres. Dans la foulée, j'ai eu le concours d'instit. Ma première fille est née en 84. Deux ans plus tard, je me suis séparée de son père, puis j'ai quitté Paris. J'ai exercé en Lozère, en Beauce, en Ardèche, et à peu près tout expérimenté, des remplacements en classes de perf' aux classes uniques de montagne. J'ai refusé l'inspection pendant toute ma carrière. Avec mon nouveau compagnon, nous avons eu deux enfants, en 92 et 95. J'ai toujours écrit, d'abord des contes et des poèmes dans l'enfance et à l'adolescence, puis des romans à partir de 30 ans. En 99, j'ai pris une retraite anticipée pour me consacrer à l'écriture, ce qui m'a permis de vouer une grande partie de mon temps à l'anarchisme. En 2002, mon premier roman noir a été accepté à la Série Noire, et depuis, si je ne vis pas de ma plume, du moins ma plume vit. Par ailleurs, j'ai toujours dessiné, et cette occupation, nettement plus clairsemée, a trouvé à s'exercer dans le champ politique qui m'est cher. J'écris aussi des articles de temps en temps.
Reporter de guerre à la retraite, Rachel retourne dans les Cévennes de son enfance. Mais c’est pour y trouver une ZAD forestière qui tente de s’opposer aux coupes rases du géant de l’énergie UNU. Flics et clowns s’affrontent, les villages sont à la limite de la guerre civile. La photographe reprend alors du service...
Garance se fait embaucher comme domestique par un couple d'éleveurs de porcs. Dans un but précis. Les patrons, Marylène, une belle plante jalouse et féroce, et Jean-Michel, un homme à femmes, sont débordés, arrivistes : tout est bon pour nourrir leurs porcs et leurs ambitions. À l'intérieur et autour de cet élevage intensif, la présence obsédante des animaux s'ajoute à celle des humains en un huis clos concentrationnaire.